Henri Bergson: philosophe français, né et mort à Paris (1859-1941)

mardi 24 avril 2012

Triumvirat


Les lignes qui vont suivre risquent de déplaire à plusieurs, j’en suis conscient, au risque même de m’auto-éliminer comme éventuel candidat aux prochaines élections du Québec. En politique il faut savoir mettre ses intérêts personnels en veilleuse dans le but de faire triompher un idéal. Et la nécessité circonstancielle commande parfois à une certaine « logique » de prévaloir sur la partisannerie. Il y a six mois à peine, jamais je ne me serais cru capable de l’idée que je veux aujourd’hui proposer. Mais les évènements des dernières semaines m’en font arriver à cette dernière.

Un vieux proverbe stipule que « de deux maux il faut choisir le moindre » n’est-ce pas? Et je crois que nous en sommes arrivés à ce point au Québec présentement.

Qui dans le camp indépendantiste veut voir Charest et le PLQ être réélu au Gouvernement aux prochaines élections? Qui dans le même clan est intéressé à voir la CAQ à Legault, un parti sans substance et déjà aplat ventrée devant Ottawa pour au moins les dix prochaines années à devenir l’alternative à Charest et du PLQ au Gouvernement?

L’idée fut maintes fois proposé et discuté en ce lieu de rassemblement idéologique des indépendantistes qu’est Vigile, mais force est de constater que la tendance lourde des sondages au cours de la dernière année indique que l’idée d’indépendance au Québec ne pourra triompher à terme que d’une seule façon : une alliance stratégique entre Option nationaleQuébec Solidaire et le Parti Québécois.

Le premier triomphe d’une telle alliance sera de chasser définitivement du pouvoir Charest et le PLQ et de barrer la route vers ce même pouvoir à Legault et sa CAQ. Si on veut débarrasser le Québec du pouvoir d’influence indu de l’oligarchie et de certains empires, il faut aller vers une telle alliance, c’est une urgence nationale en vue du bien commun de tous les québécois.

Le second triomphe est la marche vers l’indépendance du Québec. Puisque le PQ, QS et ON partage à des degrés divers (pour la méthode) l’accession du Québec à son statut de pays indépendant et ayant par la suite son siège aux Nations-Unis, il faut aller vers une telle alliance, cela est devenu impératif.

Le temps est venu à ces trois partis politiques d’entamer des discussions de coulisse et que chacun s’ingénie à trouver la manière la plus pratique et la plus faisable de faire élire le plus grand nombre de députés visant à former un gouvernement d’alliance nationale indépendantiste. Le système électoral en place présentement oblige chacun à regarder la situation bien en face et en conclure que nul des trois partis en question ne peut prétendre sérieusement être en mesure de former un gouvernement majoritaire lors de ces prochaines élections, pourtant cruciales dans l’histoire du Québec. Comme je l’ai indiqué plus haut, la tendance lourde des sondages depuis un an ne permet pas de penser une telle chose. Et cette tendance lourde laisse présager le pire des scénarios : que le PLQ prenne à nouveau le pouvoir par « accident ». Il me semble que l’accident du 14 avril 2003 et ses dommages collatéraux depuis ont assez duré.

Si dans le droit de Justinien 1er « il faut trois personnes pour faire une société » (Tres faciunt collegium), il faudra au Québec, dans les circonstances actuelles, trois partis politiques en alliance pour faire triompher de son accession au statut de pays indépendant. C’est une nouvelle forme de Triumvirat auquel nous devons tous nous convier pour réaliser notre destin collectif.

Normand Perry
24 avril 2012.

dimanche 22 avril 2012

En ce jour de la Terre...


Pensée du jour: "L'Éducation est à la base de toutes les formes de richesses et pas uniquement monétaire. Richesse humaine d'abord, culturelle, spirituelle, intellectuelle et de conscience.

Et parce qu'elle fait partie des grands trésors de l'humanité, l'éducation ne peut d'aucune manière être monnayé comme de la vulgaire marchandise, puisqu'elle elle est d'une valeur inestimable au plan humain" 


-Normand Perry, en ce Jour de la Terre, 22 avril 2012.

vendredi 20 avril 2012

Tu déshonores tous tes prédécesseurs.

Un premier ministre qui méprise sa jeunesse!


Charest, le mépris que tu as étalé sur la place publique (à l'occasion de l'ouverture du Salon du Plan Nord) à l'endroit de notre jeunesse démontre que tu n'as plus aucun sens de l'honneur, que tu ne mérite ni respect, ni confiance, ni aucune considération que ce soit. Tu es descendu tellement bas dans le mépris que tu déshonores tous tes prédécesseurs. Tu ne mérite tellement plus de respect que je me permets d'employer la deuxième personne du singulier pour t'exprimer mon indignation et mon écoeurement


Fou le camp, tu n'a plus ta place dans le fauteuil de nos honorables premiers ministres du Québec. Et j'ose espérer que ton prochain successeur te réservera dans les anales de l'Assemblée nationale du Québec le même traitement que l'on a fait subir injustement un jour à Yves Michaud, qui lui ne l'avait aucunement mérité. Dans ton cas, c'est tout le contraire, et ce à la face même de toute la population québécoise en ce 20 avril 2012, nonobstant que tu prétendes avoir été cité hors contexte: Aïe! ce n'est pas un journaliste qui a rapporté tes propos dans un journal au lendemain d'une déclaration, tu l'a fait directement à l'écran devant tout le Québec!

Charest, ton temps est terminé, rentre chez-toi et fais-toi oublier d'un public que tu méprises avec autant de désinvolture!

Normand Perry.

vendredi 6 avril 2012

LES SYNDICATS EN APPEL À LA DÉFENSE DU PEUPLE


Cette lettre est adressée à Louis Roy, Réjean Parent, Régine Laurent et Michel Arsenault, respectivement à la présidence de la CSN, la CSQ, la FIQ et la FTQ.

Nous voulons en appeler publiquement à la force que représentent le nombre de vos membres de vos centrales syndicales respectives et la force qu'elles symbolisent publiquement.

Quoique les étudiants en grève (pour faire reculer le Gouvernement de Jean Charest sur la hausse de 75% en cinq ans des frais de scolarité) aient reçu de vos organisations un appui durant le conflit présent, il n'en demeure pas moins que ce  même gouvernement refuse tout dialogue et concession.

Plusieurs de ces futurs diplômés seront membres de l'une ou l'autre de vos centrales syndicales un jour. Tous ces futurs diplômés seront des contribuables qui soutiendront par leurs impôts nos services publics.

Au-delà de la simple question d'augmentation de 75% en cinq ans, c’est le principe même d’accès à tous sans discrimination de revenus ou de rang social qui est en cause, tant en éducation qu’en santé, se trouvant au cœur même des transformations que nous impose par la force le Gouvernement de Jean Charest, et ce sans aucun véritable forum social de quelque nature que ce soit pour faire de tels choix de société.

S’il est vrai que les grandes centrales syndicales ont d’abord le devoir de défendre les intérêts de leurs membres, il est tout aussi vrai qu’elles ont un rôle social fondamental, particulièrement en des heures si sombres où l’oligarchie semble mener la classe moyenne vers une nouvelle forme d’esclavage par une extermination économique sans précédent dans l’histoire de notre nation.

Nous vous demandons d’assumer votre rôle social aujourd’hui plus que jamais, et de vous porter à la défense de la classe moyenne du Québec par un discours fort, tenace, constant, répété. Nous souhaitons voir ce discours accompagné d’un appel à la mobilisation nationale, en débutant peut-être par une journée de grève générale symbolique à la grandeur du Québec. Si un tel symbole était insuffisant pour faire comprendre à ce gouvernement que la cour est pleine, alors votre devoir est de vous solidariser avec le peuple pour prendre des moyens d’action plus intenses et plus forts.

Pouvons-nous compter sur vous tous?

Vous pouvez ajouter votre nom vous-même à ce collectif d'auteurs en vous rendant sur le site web de la lettre et en suivant les procédures forts simples:
http://www.lettre-aux-syndicats.info/

Collectif d’auteurs :

Normand Perry, philosophe et communicateur, Les Coteaux; Pierre Cloutier, avocat à la retraite; Guy Lafrance, musicien; Manon Arsenault, présidente du Mouvement Laval français; Pierre Schneideer, journaliste, auteur et poète; Gilberte Boucher, écrivain et travailleur autonome; Marie-Eve Doré, Préposée aux médias / APRiT de St-Louis-de-Blandford (Association pour la Protection des Riverains et du Territoire); Thibaud de La Marnierre, pigiste, polygraphe, père d’un étudiant, Terrebonne; Ghislaine Caron, enseignante retraitée, Québec; Lucie Mayer, Artiste lyrique et professeure; Ivan Parent, cinéaste; Normand Lebeau, enseignant du français langue seconde et écrivain; Luc Vaillancourt, professeur à l’Université du Québec à Chicoutimi; Linda Parent, parent, citoyenne et communicatrice; Catherine Bernier, maman-étudiante, Sherbrooke; Pierre-Luc Landry, doctorant et enseignant au collégial; Guylaine Fontaine, professeure au Collège Edouard-Montpetit, Longueuil; Sylvie Bernard, parent, rédactrice, réviseure et auteure, Québec; Manon Ann Blanchard, enseignante; Christianne Valiquette, fière mère de 2 étudiants universitaires, Ste-Rose (Laval); Démie Lecompte, maman à la maison, auteure et artiste; Carla Mathias de Simone, mère au foyer, Longueuil; Claude Boucher, technicienne, mère d’une cégepienne déjà trop endettée; Johanna Alvarez, étudiante en psychologie (UdeM) et mère de 3 enfants, ville Sainte-Catherine; Linda Burgess, parent d’étudiant(e)s, Châteauguay; Lucie Dubois, professeure au Collège Édouard-Montpetit; Vianney Gallant, chargé de cours et parent; Jocelyne Marquis, productrice et étudiante, Montréal; Mathieu Drouin Crête, accompagnateur en loisir, commentateur politique. Patrick René, père au foyer, deux enfants, Longueuil. Marcel Méthot, chargé de cours et parent, Rimouski. Suzanne Bilodeau, citoyenne, mère, chargée de cours, St-Lambert. Benoit Dupuis, Ingénieur, Gatineau. Claudine Simon, coordonnatrice des Alter Citoyens; Isabelle Duchesne, mère de 3 enfants, professeur Cégep de Saint-Hyacinthe. Michel Dion, informaticien, militant et blogueur politique, (Sagard) Petit-Saguenay. Alain Doyon, Électricien, Montréal. Réal Croteau, à la retraite au plan professionnel mais citoyen toujours actif. Danièle Bourassa, technicienne assainissement des eaux du SCFP/FTQ - local 301. Suzanne Caron, Médecin, St-Vallier de Bellechasse. Daniel Roy, C.A., Pierrefonds. Lise Reid, Retraitée, Montréal. Vincent Dionne, étudiant, travailleur, consommateur, électeur et payeur. Jean-Pierre Bouchard, Musicien et compositeur, Jonquière. France-Anne Blanchet, auteure jeunesse. Yvonne Morissette, citoyenne. François, Therrien, manoeuvre construction et informaticien, Montréal. Paul Dumais, enseignant, Montréal. Martin Lavoie, artiste, St-Bruno, Lac St-Jean. Kevin Newbury, Technicien en travail social, Joliette. Louys Patrice Bessette, travailleur autonome. Élie Presseault, étudiant en Études littéraires UQAM, chroniqueur de Vigile.net et syndiqué. Claude Lemay, auteur, Bon-ConseilDaniel Blackburn, Électricien construction F.T.Q. Pierre Couture, ex-professeur, Montréal. Eva Monteiro, animatrice pédagogique et chargée de cours. Sylvie Laprise, représentante, Terrebonne. André Gignac, citoyen. Alain Carbonneau, entrepreneur, Montérégie. Liette Bergeron, professeure de littérature, Cégep de Sherbrooke. Luc B. de Passillé, retraité, St-Augustin-de-Desmaures. Manon Poulin, Professeure, Sherbrooke. Jean Lespérance, brigadier scolaire pour la Ville de Montréal.

*Aux personnes qui veulent ajouter leur nom à ce collectif d'auteur, laisser dans l'espace commentaires votre signature de la manière suivante: "je veux ajouter mon nom à ce collectif: prénom, nom, profession ou titre, ville".

N.B.: Je tiens à exprimer toute ma gratitude à l'endroit de monsieur Bernard Frappier, fondateur et directeur de Vigile, pour avoir publié cette lettre le 6 avril 2012.