Henri Bergson: philosophe français, né et mort à Paris (1859-1941)

jeudi 31 mai 2012

Crève pendant que je me goinfre!


Que des gens fassent fortune dans la vie et jouissent de leur bonheur en famille et entre amis je n'ai aucun problème avec ça. On a tous le droit de vivre du fruit de son travail et de partager de son superflu avec qui on veut.

Mais après avoir vu cette vidéo de 2 heures d'une certaine fête chez l'un des plus illustres milliardaires du Québec dans Charlevoix, où ceux qui dirigent le Québec et le Canada depuis les années 1980 jusqu'à nos jours étaient tous réunis autour de ce personnage à l'influence démesurée auprès de ces derniers, j'ai soudainement pris conscience que c'est cette même oligarchie qui, depuis plus de vingt-cinq ans, venant à tour de rôle aux commandes de l'État, nous répètent ad nauseam: "serrez-vous la ceinture, on a des gros problèmes de déficits budgétaires et d'endettement, on doit réduire la taille de l'état, on doit réduire les impôts et les services à la population, et tout le monde doit payer sa juste part"! Est-ce qu'on peut s'entendre que c'est cette maudite bouillie infâme qui est servie au peuple depuis tout ce temps par cette même bande oligarchique, qui pendant ce temps, ce goinfre en nous riant en pleine face?

Après ça on se scandalise que les gens sortent dans la rue casseroles en mains pour demander de les laisser souffler et où l'on puisse avoir la satisfaction d'être en mesure de combler nos besoins primaires dans la vie?

Je ne suis plus capable de voir et d'entendre tout ça, j'en ai un ras-le-bol et  par dessus les oreilles de ce maudit discours fallacieux, alors que ces mêmes gens font tout sauf donner l'exemple! On nous vide les poches et nos comptes de banque pendant qu'eux ne vivent aucune restriction et sont repus. C'est de ces injustices là dont les gens ne sont plus capables, et c'est ce qui s'exprime dans nos rues actuellement!


Normand Perry.

Article publié également sur:

samedi 26 mai 2012

L'heure est grave, pas seulement au Québec.


AnarchoPanda (un philosophe)  dans une entrevue au journal LeDevoir ce matin, nourrit ma propre réflexion sur ce qui se passe au Québec certes, mais partout ailleurs dans le monde.


Cette crise qui se vit partout dans le monde je l'avais pressenti dès les lendemains de la chute du Mur de Berlin. 


L'Occident ayant clamé son triomphalisme à la vue de la chute de l'empire soviétique, puis la proclamation du Nouvel Ordre Mondial de George Bush père, je savais dans mon for intérieur que dans vingt à vingt-cinq ans de cette époque, le triomphalisme du capitalisme néolibéral allait conduire le monde à sa perte et au chaos. 


Exactement 23 ans après la chute du Mur de Berlin, non seulement mon intuition de 1989 s'est avérée fondée, mais je suis littéralement dépassé par l'ampleur du chaos universel causé par l'individualisme égocentrique de l'humain, et de son pendant économique et totalement abjecte du capitalisme néolibéral. Et si on ne trouve pas une façon, en tant que race humaine d'éliminer le capitalisme néolibéral, alors c'est l'humain qui sera éliminé par lui. L'heure est très grave, et l'heureuse prise de conscience des peuples qui se lèvent partout dans le monde me nourrit d'un peu d'espérance. Espérons que ce ne soit pas en vain.




Normand Perry.

Philosophe, communicateur.

Animateur à Radio Ville-Marie.

dimanche 20 mai 2012

A l'oppression il faut opposer les Béatitudes.

Quand l'oppression semble vouloir s'abattre sur des individus et un peuple, la pire façon de vouloir s'en défendre est d'imiter l'oppresseur dans son attitude violente et répressive. A l'oppresseur pour le désarmer il faut opposer la sérénité, le calme, le pacifisme. De grands noms dans l'histoire récente démontrent que la non-violence est l'unique manière d'arriver à établir ce qui est juste, à établir ce qui est vrai, à établir de l'humanisme pacifique. Je pense entre autre au Dalaï-Lama qui en est un exemple vivant, je pense au Mahatma Gandhi, je pense à Martin Luther King. On pourrait allonger la liste bien longuement, mais je crois que ces trois exemples contemporains suffisent à faire comprendre qu'il faut s'inspirer de tels leaders de l'histoire si l'on veut arriver à établir nos sociétés sur des bases d'équité et de démocratie.

Depuis quelques jours, pour m'aider à percevoir la lumière et la paix malgré toute la révolte grondant au fond de mon coeur, je repasse en méditation jour après jour un texte que je considère comme fondamental pour développer une attitude positive et gagnante. Ce texte est un discours prononcé il y a près de deux mille ans par Jésus de Nazareth, un discours que l'on nomme le "discours des Béatitudes", que l'on retrouve dans la Bible. Je reproduis ici le texte provenant de l'Évangile de St-Mathieu, au chapitre 5, versets 1 à 12;   38 à 48 inclusivement.


01 Quand Jésus vit la foule, il gravit la montagne. Il s'assit, et ses disciples s'approchèrent.
02 Alors, ouvrant la bouche, il se mit à les instruire. Il disait :
03 « Heureux les pauvres de coeur :le Royaume des cieux est à eux !
04 Heureux les doux : ils obtiendront la terre promise !
05 Heureux ceux qui pleurent :ils seront consolés !
06 Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice :ils seront rassasiés !
07 Heureux les miséricordieux :ils obtiendront miséricorde !
08 Heureux les coeurs purs :ils verront Dieu !
09 Heureux les artisans de paix :ils seront appelés fils de Dieu !
10 Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice :le Royaume des cieux est à eux !
11 Heureux serez-vous si l'on vous insulte, si l'on vous persécute et si l'on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.
12 Réjouissez-vous, soyez dans l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux ! C'est ainsi qu'on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés.
(...)
38 Vous avez appris qu'il a été dit : Oeil pour oeil, dent pour dent.
39 Eh bien moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant ; mais si quelqu'un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l'autre.
40 Et si quelqu'un veut te faire un procès et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau.
41 Et si quelqu'un te réquisitionne pour faire mille pas, fais-en deux mille avec lui.
42 Donne à qui te demande ; ne te détourne pas de celui qui veut t'emprunter.
43 Vous avez appris qu'il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi.
44 Eh bien moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent,
45 afin d'être vraiment les fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes.
46 Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous ? Les publicains eux-mêmes n'en font-ils pas autant ?
47 Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d'extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n'en font-ils pas autant ?
48 Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait.


En ces jours troublants, je me dis que si mon coeur peut puiser dans ce texte et ou de l'exemple des leaders que j'ai évoqué plus haut un modèle de pacifisme et de non-violence, j'ai aussi la consolation qu'à terme la victoire contre l'oppression en sera d'autant plus honorable, permanente et grandiose.

Normand Perry

jeudi 17 mai 2012

Raison d’état et urgence nationale


Après le coup de force annoncé par Charest à l’endroit de la jeunesse du Québec en lui crachant au visage, les québécois aujourd’hui plus que jamais doivent se débarrasser de ce régime dictatorial.

Pour que l’on puisse se débarrasser de ce régime, il faut offrir aux québécois une force unie aux prochaines élections. Cette force unie elle peut émerger d’une union stratégique des trois partis politiques indépendantistes : le Parti québécois, Québec solidaire et Option nationale.

Après une décennie de ce pire gouvernement de toute l’histoire du Québec, le peuple québécois doit en être libéré !

Parce que la raison d’état doit maintenant plus que jamais prévaloir et l’urgence nationale qu’elle commande, je viens de prendre la décision de ne pas me présenter comme candidat sous aucune bannière que ce soit, tant et aussi longtemps que les trois partis politiques indépendantistes mentionnés plus haut n’auront annoncé un accord sur une union stratégique nationale. Il ne s’agit pas d’un appel au vote stratégique, il s’agit d’une union stratégique, afin que l’on puisse retrouver dans chacune des circonscriptions du Québec un seul candidat des trois partis en question. Parlez-vous ouvertement, parlons-nous en mettant en commun ce qui peut faire la force de la nation québécoise et son émergence au concert des nations libres, souveraines et indépendantes.

Il faut que chacun des dirigeants de ces trois partis prennent la mesure de ce qui ce passe au Québec et mettent de côté leurs différents pour éliminer de la carte électorale du Québec le PLQ lors de la prochaine élection, un parti politique qui n’a « plus la légitimité de gouverner le Québec », selon la récente déclaration de Claude Béland. Que l’on entende la voix de sagesse de cet homme jouissant d’une très grande crédibilité et que l’on prenne les moyens pour que nous puissions libérer le peuple du Québec de ce joug de corruption.

Normand Perry.