Henri Bergson: philosophe français, né et mort à Paris (1859-1941)

dimanche 29 juillet 2012

De l’idéal visionnaire au pragmatisme inéluctable

Constat

Alors que tout le Québec se trouve à l’aube d’une campagne électorale au crépuscule de cette belle saison estivale; alors que la majorité des vacanciers ont l’esprit et le cœur à la détente, aux activités familiales, à la pratique de divers sports et loisirs propres à l’été tout en ayant les préoccupations politiques au rancart des oubliettes — ce qui est tout à fait normal pour ce temps de l’année pour le citoyen méritant repos et ressourcement —, il semble bien que les caprices machiavéliques d’un premier ministre calculateur va plonger, contre son gré, le peuple québécois dans une élection précipitée. Malgré tout, celle-ci est devenue tellement nécessaire vu l’usure à la corde d’un gouvernement qui n’a d’intérêt que celui de ces petits amis et qui se trouve au cœur même, présumément, de tous les soupçons de collusions et de corruptions au Québec (dont plusieurs enquêtes en cours feront très bientôt la démonstration publiquement, mais dont on sait très bien les tenants et aboutissants grâce au travail extraordinaire de plusieurs journalistes au cours des dernières années). Et c’est sans parler du climat de chaos social du printemps dernier qui fut créé par du pur calcul électoraliste de ce même gouvernement sans envergure, lui qui qualifiait un tel scénario de grotesque. Et qu’est-ce que Charest se prépare à faire?

Il faut se réjouir tout de même du réveil démocratique que le mouvement étudiant a suscité au Québec durant ce même printemps. Et le premier fruit de ce réveil, sera vraisemblablement une participation massive des jeunes aux élections, ce qui a fait cruellement défaut au Québec depuis une bonne décennie, si ce n’est davantage. Mais il faut que ce réveil démocratique fasse lever toutes les générations québécoises, les rendent consciente du poids immense de la participation de chaque électeur, non seulement le jour du vote, mais d’abord et avant tout durant la campagne électorale. Pour qu’un vote puisse être significatif, il doit être intelligent! Et pour qu’un vote soit intelligent, il faut surtout percer l’image publique qui nous est offerte dans les médias d’informations et réseaux sociaux des politiciens. En ce sens  le devoir d’un électeur est de faire l’analyse en profondeur et le bilan du gouvernement sortant, du programme de chacun des partis politiques offrant une alternative gouvernementale crédible. Et pour pousser cette logique plus loin que nécessaire, le citoyen responsable devrait, en plus d’accomplir son devoir démocratique, sensibiliser son entourage de l’importance de ce devoir individuel et collectif. N’oublions jamais que dans plusieurs pays du monde, on se bat et on meurt pour l’instauration d’une démocratie véritable : ne nous laissons pas voler ici cette démocratie par de petits groupes d’intérêts cherchant à distraire la population de ces droits et devoirs fondamentaux. Ce sont ces mêmes petits groupes d’intérêts à qui profitent, la plupart du temps, la faiblesse d’une démocratie où le citoyen est devenu blasé, voir écœuré, du cynisme machiavélique de certains acteurs de l’arène politique.

Enjeu électoral majeur

Sortir le PLQ du pouvoir tout en empêchant la CAQ d’y accéder est le principal objectif du scrutin électoral à venir au Québec. Après trois mandats totalisant 10 années au pouvoir, le PLQ est archi usé du pouvoir comme à peu près tous les citoyens consciencieux le savent et comme nous l’avons indiqué d’entrée de jeu dans cette réflexion.

Le programme de la CAQ et de son chef François Legault ne proposent qu’une vision managériale du Gouvernement du Québec, en s’imaginant que seul des gens provenant du milieu des affaires sont en mesure d’offrir à la population ce dont elle a fondamentalement besoin : une vision fondé sur un projet de société à long terme. Or nous le savons très bien, le monde des affaires n’a surtout pas comme moteur une vision à long terme, c’est le profit à tout prix et tout de suite que l’on recherche, la vision à long terme est quelque chose de très étranger à la philosophie de la plupart des dirigeants d’entreprises du capitalisme néolibéral.  Le Québec n’est pas une entreprise privée, les citoyens ne sont surtout pas ni des employés, ni des fournisseurs de l’État. C’est malheureusement avec cette vision des choses qu’arrivent en politique des gens comme François Legault tout comme Jean Charest et leurs semblables affairistes. C’est sans parler de l’évacuation entière de la question constitutionnelle. Si on peut dire de Jean Charest qu’il est carrément à genoux devant Ottawa, François Legault y arrive à plat ventre. En réalité François Legault tente le tout pour le tout pour tenter de miser sur une « écoeurantite » aigüe d’une frange de la population pour gagner des points par rapport à cette question. En réalité, le programme de la CAQ en cette matière en est une d’imposture et par surcroit ce programme est totalement vide de quelque substance que ce soit. Ce dont le Québec a besoin ce n’est pas une thérapie de « plasters » mais d’une colonne vertébrale!

Dans un autre d’idée, s’il y en a au Québec pour s’imaginer que l’on met fin à une crise sociale de grande ampleur en instaurant un état policier répressif, ils errent en essence tout comme de manière pratique. En essence parce que des organismes internationaux tels que l’ONU et Amnistie Internationale ont vivement reproché au gouvernement de Jean Charest sa manière de gérer la crise étudiante (qu’il a lui-même provoqué), et en ce sens la loi 78 vient de connaître un premier revers au Québec face à l’avis de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse le 19 juillet dernier; sans oublier le Barreau du Québec qui y allait de grandes réticences face à l’adoption de cette loi le 18 mai dernier.  Malgré tous les avis contraires en provenance d’organismes internationaux dont la crédibilité n’est plus à faire tout comme d’organismes québécois tout aussi crédible, Charest continue de défendre cette loi infâme!  A posteriori dans un tel contexte, on a grand peine à s’imaginer que les tribunaux qui auront à statuer sur cette loi 78 aillent à l’encontre de tout ce que venons d’énumérer. Au plan pratique, et on a en eu d’amples illustrations sur le terrain, les interventions policières répressives n’ont fait qu’empirer l’état de la situation. Il faut donc en conclure la chose suivante : que le PLQ demeure au pouvoir pour un autre terme de quatre à cinq ans risque de plonger le Québec dans un état de crise sociale profonde et permanente. On peut avoir grand peine à s’imaginer que telle est la direction vers laquelle veut se diriger le peuple du Québec à long terme.

Alors si je peux conclure cette section en ayant recours au langage du Baseball où je suis arbitre, mon jugement est le suivant : la CAQ est foul ball tandis que le PLQ est strike out !
Pragmatisme inéluctable

Si nous étions dans un système démocratique où le vote proportionnel était chose normale, nous n’aurions aucune question à nous poser pour savoir comment se débarrasser d’un gouvernement supposément corrompu : nous voterions pour le parti d’opposition qui nous semble le plus représentatif de nos idéaux pour former un prochain gouvernement. Mais tout le problème de notre système démocratique nominal à un seul tour est justement là : nous sommes face à une urgence nationale et il faut que le Québec change radicalement de direction à sa tête et de direction dans le sens de son avenir. Idéalement une solution de rechange pour provoquer ce changement de direction que nous venons d’évoquer aurait été une union stratégique préélectorale entre le Parti québécois, Québec solidaire et Option nationale. Or, selon certains intervenants dans ce dossier de ce  Front uni, il semble que le temps manque pour ficeler un tel projet, ce qui aurait été dans les circonstances, l’idéal pour tous les québécoises et québécois. Il faut d’ailleurs saluer le pacte de « non-agression » signé au cours des derniers jours entre Québec solidaire et Option nationale, où dans deux circonscriptions les deux partis s’entendent pour ne pas présenter de candidat là où l'autre parti en a un. C’est ce qui aurait fallu faire dans toutes les circonscriptions du Québec entre le PQ, QS et ON.

Avec l’imminence du déclenchement des élections au Québec, il ne reste plus qu’une seule voie pour sortir le PLQ du pouvoir et en empêcher l’accès à la CAQ, c’est un appel à la raison et sa logique froide (le pragmatisme inéluctable) d’un vote stratégique. Qu’est-ce que le vote stratégique?

Dit de manière savante le vote stratégique consiste à voter pour la formation politique susceptible de battre la formation politique au gouvernement selon la tendance indiquée par les sondages. Dit de manière plus terre à terre, voter stratégiquement veut dire foutre le gouvernement en place dehors parce que la nation est en danger s'il est en place pendant un autre terme de 4 ou 5 ans. Il faut s'élever à la fois au-dessus de nos convictions et principes les plus chers, et au-dessus de la partisannerie également. Notre patrie coure de graves dangers en laissant au gouvernement le PLQ dirigé par Jean Charest tout comme elle court carrément à sa perte en élisant une formation politique et un chef qui n'ont ni l'un ni l'autre quelque substance que ce soit, et j'ai nommé la CAQ de François Legault.

De l'autre côté, il y a Québec Solidaire, Option nationale et le Parti québécois. En ce qui me concerne, j'ai une grande sympathie pour les deux premiers. Mais puisque les trois n'ont pas été en mesure de s'entendre à ce qu'un seul candidat les représente dans chaque circonscription du Québec, nous sommes forcés de choisir le moindre mal dans le contexte actuel, et ce moindre mal est le PQ. Mais de l'autre côté de la médaille, je vois qu'une formidable équipe de nouveaux candidats prestigieux se présentent pour le PQ dans plusieurs circonscriptions du Québec, les Pierre Duchesne, Léo Bureau-Blouin, André Bouthillier ou Djemila Benhabib, et ils ont des députés qui font un travail extraordinaire comme Bernard Drainville, Véronique Hivon ou Maka Kotto pour ne nommer que ceux-là. On est donc en mesure de penser que le moindre mal que représente le PQ en ce moment doit devenir le choix des électeurs afin de foutre à la porte le plus mauvais gouvernement de l'Histoire du Québec tout en favorisant un dénouement pacifique de l’une de ces plus grandes crises sociales!

Sommes-nous à l’aube d’un jour nouveau sur le Québec?


Normand Perry
Soulanges, 29 juillet 2012

Ce texte est également publié sur:
-Vigile