Henri Bergson: philosophe français, né et mort à Paris (1859-1941)

jeudi 30 mai 2013

À toute rédemption un sacrifice est nécessaire.

La cause indépendantiste doit passer par une forme de rédemption pour regagner de l’appui et de la notoriété publique : qu’est-ce qui me fait dire une telle chose? La conclusion du Congrès de la Convergence nationale le 26 mai 2013 à Montréal, où visiblement une certaine forme de malaise était perceptible chez plusieurs devant l’absence d’un engagement profond et formel de la part du principal et, en apparence incontournable PQ et de sa chef, absente!

Mais qui dit rédemption, dit sacrifice (c’était d’ailleurs le sens de la dernière phrase de mon texte en lien d’avant le Congrès de la Convergence nationale).

Depuis qu’il a pris le pouvoir en septembre 2012, le PQ avec ses multiples trahisons, sa gouverne souverainiste avec balbutiement d’intention de modification de la constitution canadienne, avec une chef qui n’a jamais eu, n’a pas et n’aura jamais un jugement de la raison critique que tout chef d’État se doit d’avoir, le PQ est devenu le sacrifice que requiert la rédemption de la cause indépendantiste. Tout ce que l'on dit, tout ce que l'on fait, et tout ce que l'on ne fait pas dans ce gouvernement de Pauline Marois, fait un tort incommensurable à la notoriété de la cause de l'indépendance nationale du Québec. 

Certains se refusent de voir ce parallèle, mais plus le taux d'insatisfaction grimpe à l'égard des contre-performances de ce gouvernement Marois (à près de 70% selon une tendance ascendante dans les sondages), plus l'appui à la cause de l'indépendance a tendance à suivre un courbe descendante. Toujours selon des sondages les plus récents, l'appui à l'indépendance du Québec oscillerait actuellement autour de plus ou moins 30%. Au printemps 2005 l'appui était à 54% alors que Bernard Landry était chef du PQ.

Grimpez dans les rideaux, criez au scandale, faites toutes sortes de pirouettes : à la fin du jour, c’est devenu une vérité qui crève le regard serein de toute personne ayant le sens du réalisme, et j'en suis.

N’invoquez pas à la défense du PQ qu’il est un gouvernement minoritaire, c’est peine perdue comme argument en ce qui me concerne : ni la CAQ ni le PLQ n’étaient (et ne sont toujours pas) en position de précipiter le Québec en une élection hâtive.

Le PQ avait (et a) toujours le loisir de défendre les idées fondamentales de son programme (à la limite de l’acceptable pour une partie de la gauche de l’électorat) tout en bâtissant une véritable « fièvre » indépendantiste, surtout avec tous les dossiers du gouvernement conservateur qui nuisent carrément à tous les québécois. Mais non, une véritable stratégie de terre brûlée est pratiquée par cet infâme gouvernement, le plus médiocre de toute l’histoire de ce parti. René Lévesque doit être train de fumer 10 paquets de cigarettes par jour dans sa tombe de Sillery tellement c’est honteux à sa mémoire tout ce que fait le PQ depuis le 4 septembre 2012.

Je l’affirme avec force et vigueur : le PQ doit être sacrifié pour que la rédemption de la cause indépendantiste soit possible, sans quoi oublions-ça mes amis, s’en est fait de la nation québécoise comme pays indépendant!

Il est temps qu’un réveil brutal soit provoqué et c’est ce que je veux faire de manière ultime!

Il est minuit moins cinq, réveillons-nous en sortant de nos illusions!

Normand Perry

Billet disponible sur l'une de mes tribune suivantes:



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Seuls les commentaires et critiques signés (identifiés) par leur auteur seront publiés.