Henri Bergson: philosophe français, né et mort à Paris (1859-1941)

vendredi 11 novembre 2011

N’oublions jamais…

Ils ont sacrifiés leur santé physique ou leur santé psychologique, parfois leur santé entière, et pour plusieurs d’entre tous ce fut le sacrifice d’une vie, parfois trop jeune.

Ce jour du 11 novembre leur est consacré pour ce sacrifice fait parce qu’ils croyaient en une cause, que cette cause fut juste ou futile.

Il ne faudrait jamais oublier ces combattants qui ont tant sacrifié, volontairement ou à l’encontre de leur conscience par la force d’une loi de conscription.

De tous ces combattants et des guerres qu’ils ont du faire, dans notre camp ou dans le camp ennemi, nous avons le devoir de mémoire en ce jour pour toutes ces personnes humaines.

Où qu’ils furent dans leur camp respectif, nous sommes tous lié d’un lien fraternel par notre appartenance singulière à l’espèce humaine. Une appartenance singulière rendant absurde toute guerre, de quelque forme qu’elle puisse être.

Nous avons aussi un devoir de mémoire en ce jour à l’égard des victimes de ces guerres absurdes, des familles des combattants, particulièrement les conjoints et les descendants.

En ce Jour du Souvenir, n’oublions jamais ce que la guerre vient arracher ce qu’il y a de plus précieux à chaque personne humaine touchée par la guerre (combattants, ennemis, victimes, proches) : sa dignité humaine.


Normand Perry.

11 novembre 2011











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Seuls les commentaires et critiques signés (identifiés) par leur auteur seront publiés.