Henri Bergson: philosophe français, né et mort à Paris (1859-1941)

mercredi 19 mai 2010

Un glorieux centenaire ?

À nos joueurs du
http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:9nwdZN9eN3cCMM:http://matin.branchez-vous.com/nouvelles/upload/2010/01/canadiens_logo.jpg


Chers joueurs du Canadien.


Après avoir eu une saison en dents de scie et ayant réussi à vous qualifier pour les séries éliminatoires par la peau des dents, vous y êtes arrivé tout en laissant un certain scepticisme, quant à vos chances de réussites, auprès de la presse sportive montréalaise et une bonne partie de votre audience chez vos partisans.


Joueurs du Canadiens de Montréal, vous êtes devenu l’équipe cendrillon des séries éliminatoires de la Coupe Stanley édition 2010 : vous devez vous convaincre que vous êtes les meilleurs. Vous avez d’abord éliminé les champions de la saison régulière, les Capitals de Washington. Puis contre toute attente, les champions de la Coupe Stanley édition 2009 furent à leur tour éliminé grâce à votre talent, votre combattivité et le surpassement en effort de chacun de vous tous de manière collective.


Mais là après deux défaites par blanchissage par les Flyers de Philadelphie nous ne reconnaissons plus l’équipe ayant brisé tous les scepticismes des deux premières rondes des séries éliminatoires actuelles.


Ce n’est pas une question de talent, ce n’est pas une question de cohésion collective non plus : vous venez de prouvez aux journalistes, partisans et partout dans le circuit de la LNH que vous pouvez vous surpasser. Les deux prochains matchs à domicile messieurs est l’occasion d’entrer en vous-mêmes et de puiser de cette force qui vous a animé contre les Caps et les Pinguins et de faire d’une seule bouchée des Flyers. Rappelez-vous le niveau de confiance qui vous animait tous au septième match contre les Pinguins et vous saurez à l’intérieur de chacun d’entre-vous que avez la capacité de faire la même chose et même mieux : vous qualifier pour la grande finale de la Coupe Stanley. Ne serait-ce pas le plus beau cadeau que vous pourriez offrir à vos partisans et à la fierté québécoise : une vingt-cinquième coupe pour clôturer cette année centenaire de la sainte Flanelle ?


De Soulanges au Québec


Normand Perry

En ce mercredi 19 mai 2010, 12h01 pm

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Seuls les commentaires et critiques signés (identifiés) par leur auteur seront publiés.